/|\ - Accueil » Actualités druidiques » Joie du Solstice d’Été de la Roue 6

Joie du Solstice d’Été de la Roue 6

Joie de célébrer à nouveau ensemble (dans le respect des gestes barrières), joie des retrouvailles avec le feu cérémoniel, joie d’accueillir de nouveaux invités, familles et proches de nos fidèles, et aussi un journaliste Simon Dubos qui nous a gracieusement fait part des photos qui illustrent cet article. Un peu moins joyeuse est la contrainte du masque quand on ne peut respecter la distanciation, expérimentée pour la première fois en cette cérémonie du Solstice d’Été de la Roue 6.

Le Barde fait sa prière sacerdotale comme à l’accoutumée en début de célébration, rendant hommage à sa patronne Brigantia. L’Ovate se recueille avant de renouveler ses vœux à son tour, et de se préparer à faire l’invocation du grand Belenos, Maître des Étoiles, et hôte privilégié de la cérémonie.

Le feu dont la présence, la danse et la chaleur, mettent la joie au coeur de tous, élément central des célébrations, et tout particulièrement des Solstices en l’honneur de Belenos. Les offrandes solaires sont ainsi la plupart du temps mises au feu, qui les transforme et les emporte symboliquement par la fumée, et opérativement grâce à l’intercession de l’Ovate en charge.

Chaleur et joie du feu cérémoniel

Mettre au feu, sacrifier dans les flammes, geste d’offrande qui nous relie profondément au sacré. Destruction de la matière pour la construction de la relation…

Mais l’offrande, cela peut aussi être le geste créateur, individuel comme collectif, comme lorsque chacun vient ajouter son ruban à la couronne solaire du mât du Solstice d’Été.

Fidèle accrochant son ruban au mât du Solstice d'Été

Et dans le geste d’offrande, il y a toujours une part de joie dans le mouvement vers la divinité, tout comme il peut y avoir un petit serrement au coeur de devoir « abandonner » quelque chose, se défaire… Et une dimension importante de l’offrande se situe là, dans la valeur intrinsèque de ce que l’on offre, valeur intime dans la relation personnelle à la divinité…

Et voici qu’au final, cette joie des retrouvailles avec le feu, avec les autres, avec l’offrande, nous nourrit intérieurement comme une source et nous permet d’envisager avec sérénité la descente vers la Saison Sombre qui commence déjà…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.