Catégorie : Célébrations

Cérémonie dans la neige : Omnia de glace

Une cérémonie dans la neige ! Nous n’aurions pas cru cela possible, et pourtant ce fut bien ainsi que nous avons fêté Omnia cette Roue. Retour sur ces instants mémorables, par Yavanna.

gangue de glace sur les arbres du terroir

Le froid s’était abattu sur la Bretagne, et fait exceptionnel, non seulement la neige avait recouvert les sols, mais encore le gel avait enrobé tout le paysage d’une couche de glace. La puissance de Saskia, Dame de Glace, pleinement à l’œuvre pour faire de cette journée un moment réellement totalement « hors du temps », dans tous les sens du terme… Les arbres tintinnabulaient dans le vent, et une lumière irréelle traversait les nuages pour venir se refléter sur la blancheur de l’environnement, alors que nous grimpions ensemble à pieds la route verglacée avec courage…

Le couvre-feu nous a imposé de nous passer de célébration publique des bougies omniales, et ensuite de célébrer le rite principal d’Omnia de jour, fait insolite, mais rendu possible par le Temps Hors du Temps. De même pour certaines initiations, qui ouvrirent le planning bien chargé de cette journée.

un paysage sous la neige sur le chemin de la cérémonie

Ainsi avons-nous ouvert ce « bal en blanc » avec trois re-naissances et trois noms, encore provisoires, mais déjà révélateurs, éclots des êtres libérés de leur gangue baptismale. Instants intenses, pas dans la neige et empreinte des corps, fleurs rouges sur le manteau blanc et souffles des divinités sur les êtres… Puis ce fut l’accueil auprès de l’Arbre de Lumière, en un lieu qui par la magie d’Ahes se fit pont entre deux terroirs, le murmure des vagues se mêlant à celui des arbres…

Et nous voici enfin prêts à honorer Ogmios, à voir les Portes de l’Autre-Monde s’ouvrir, les frontières s’effondrer, les désincarnés faire valoir leurs messages et même déposer dans le Chaudron leurs désirs de transformation… Flammes pour la mémoire des Ancêtres, flamme d’Ahes pour la nouvelle Roue…

Et enfin, redescendre de la Montagne tous ensemble, alors que la glace déjà commençait à relâcher son emprise.

Reverrons-nous un jour ainsi une cérémonie dans la neige ?

retour de cérémonie dans la neige

Fête de la Déesse Serpente Mélusine Roue 6

Pour honorer la Déesse Serpente Mélusine, une fois n’est pas coutume, les sacerdotes et les fidèles de l’ODD s’étaient donnés rendez-vous cette Roue dans le pays de Huelgoat. Retour sur cette cérémonie, par Yavanna.

foryer druidique de la Déesse seprente Mélusine

Le Foyer druidique de la Déesse Serpente Mélusine, sinuant entre le chaos rocheux et le flux de la rivière Argent, habité par la déesse Abona, nous a accueilli pour cette cérémonie très pluvieuse. Nous avons cherché notre place et l’avons trouvée, prenant notre courage à deux mains pour nous installer sur les rochers au plus près de l’eau qui chantait et dansait en abondance autour de nous.

Chaos rocheux de la Déesse serpente Mélusine. On voit une petite cascade entre les rochers de granit du chaos rocheux.

L’eau et son chant… entré en résonance avec le chant de Mélusine. Quatre notes qui m’ont traversée pour ensuite se diffuser sur tout le Chaos et redonner à ce lieu toute la puissance de l’imprégnation mélusinienne, sa véritable essence païenne.

Le Foyer est un lieu qui nous a branché sur tout le réseau aqueux et rocheux de la Déesse, un lieu lessivant, qui ancre également. L’eau a lancé comme un appel à retrouver son état de nature et à s’exalter dans la reliance avec le monde et les Divinités. Ouverture des cœurs, ouverture des corps jusqu’à vibrer très fort jusque dans nos jambes et nos racines.

 

L’eau fut la grande danseuse, la pénétrante et sinueuse force du jour avant le retour de la lumière de Belenos. L’eau nous a baigné de son flux depuis les cieux, bénédiction d’Océane sur les hommes et les femmes venus honorer la Déesse serpente Mélusine.

L’eau et la roche, au cœur de l’essence de Mélusine, au cœur de ses secrets :

Bénédiction de l’eau mélusinienne sur chacun par les mains de l’Ovate, et petits « œufs » , pierres roulées par l’eau, confiés en présent aux êtres présents… Et force des rocs autour de nous, dont la vibration venait se mêler subtilement au chant de l’eau…

Un instant qui a laissé une marque dans chacun de ceux qui ont eu le courage de venir y assister…

Cérémonie de Pleine Lune, la dernière de la Roue 6

Une cérémonie de Pleine Lune tout à fait exceptionnelle en cette fin de Roue 6. La dernière pour ainsi dire. Compte tenu du couvre-feu, nous avons dû reporter la cérémonie au matin de la journée, mais nous étions malgré tout dans les temps. Cette cérémonie de Pleine Lune, à caractère polythéiste comme à chaque fois, méritait bien un article. Inspiration et témoignage… Par Yavanna.

Au matin de la Pleine Lune du Jeun de cette Roue 6, avant-dernière cérémonie avant Omnia, nous voici réunis en Neved dans le foyer de Belisama.

Le temps est clair, le soleil se montre par moment, mais le vent souffle puissamment.

Incubation

Répondant à un appel impérieux, je grimpe sur le navire de pierre, je m’installe pour un voyage intérieur intense tandis qu’autour de moi la cérémonie déroule son fil en l’honneur de toutes les divinités en résonance avec la Pleine Lune.

Altos, Maïwena, Aliya, Taranis, Belisama, Océane, Airmid, Dagda sont tour à tour appelés, évoqués, honorés, comblés d’attention et d’offrandes.

Et durant ce temps je mijote, je vibre, je suis traversée…
Accompagnée par l’inspiration des divinités et un « chant de la mer » comme une caresse, une lumière sonore de soutien…
Merci à celle qui se reconnaîtra !

Et au final me voilà emballée dans ma cape comme dans une graine, un cocon.

représentation de la cérémonie de Pleine Lune
Merci à Karine qui a su retranscrire cet instant avec beaucoup d’inspiration ! Œuvre reproduite avec son aimable autorisation.

Expression

Puis vient le temps des honneurs à Dahut.

Et là d’un seul coup je me déballe, je me déleste de mes pelures en trop, et je me dresse sur la pierre, comme un phare sur son piédestal.
Je suis emplie de tout le concentré de ce qui m’a travaillé durant la cérémonie, et je le restitue sous la forme la plus féconde pour Dahut : le chant.
Trois chants plus précisément : une note profonde vers la pierre et la terre, une note aigüe vers les cieux, un chant mélodique vers les êtres rassemblés là.
Et à travers la vibration de ma voix, je laisse s’exprimer tous mes espoirs et ma vision, et ce chant devient un appel pour tous ceux qui les partagent et les partageront. Un appel à se mettre en mouvement.

Puis le souffle reflue et me laisse à ma fragilité humaine dans le vent froid. Il est temps pour moi de remettre mes couches protectrices et de partager avec les autres participants les Vœux sacrés qui clôturent cette cérémonie si forte et si particulière.

Bûches du Solstice d’Hiver Roue 6

Plaisir de se retrouver à nouveau autour des bûches du Solstice d’Hiver, pour honorer Belenos au coeur de la Saison Sombre, autour du feu solsticial si important, si rassembleur. Feu des hommes, dans lequel chacun dépose sa bûche symbole de solidarité et de contribution.

Bûches du Solstice d'hiver

Echo parfait au message pressant et solennel de Belenos sur l’importance de développer l’esprit solidaire, fraternel, l’esprit communautaire dans son sens noble. Se serrer les coudes pour faire face aux difficultés, pour partager ses réflexions, ses solutions, ses ressources… Voilà l’enjeu des temps à venir, si nous voulons traverser les crises en cours et futures…

Bûches du Solstice d'hiver autour du feu

Invocation de Belenos par les Ovates, autour de la flamme haute du feu entouré des bûches du Solstice d’Hiver, à la fois offrandes au Dieu solaire, et offrandes à la communauté des hommes. Ensuite, chacun dépose sa bûche qui vient nourrir le feu, et le feu réchauffe chacun de ceux qui en ont besoin. Cercle vertueux, cercle solidaire.

Image de ces braises rougeoyantes qui restera gravée en nos mémoires, comme le souvenir de ces instants partagés qui sont comme un baume au coeur de cette Saison Sombre si inédite… Sensation si agréable de se tenir auprès de ce feu communautaire, qui rassemble les hommes et les femmes autour de Belenos, que nous avons prolongé longtemps la discussion, jouissant des braises jusqu’à leur extinction naturelle… Parler des valeurs, des projets, se remémorer aussi cette sensation ressentie lors de la Fête d’Ahes quelques jours seulement auparavant, que les lanternes que chacun tenait dans ses mains étaient autant sinon plus utiles aux autres qu’à soi-même. Comme une introduction déjà à ce message fort de Belenos sur le fait de la « jouer collective » dans les temps à venir…

Feu du solstice d'hiver

Lanternes dans la nuit : Fête d’Ahes Roue 6

« Prévoyez des lanternes » nous avait dit le Prêtre d’Ahes en nous donnant rendez-vous pour la fête de sa Déesse patronne dans un nouveau foyer sacré près de Brest. Et nous voici donc à mener une procession dans la nuit pour rejoindre le lieu de la cérémonie, chacun éclairant non pas tant son propre chemin que devenant un phare pour les autres qui le suivent… Image forte qui nous restera que cet aspect finalement très « altruiste » et foncièrement communautaire de cette fête d’Ahes.

Lanternes en l'honneur d'Ahes en procession dans la nuit

Ce fut la découverte d’un foyer étonnant, presque les pieds dans l’eau, presque dans un autre monde relié au nôtre par un pont…. Dans l’obscurité à la seule lueur des étoiles et des lanternes. Une ambiance étrange et prégnante, qui nous entoura comme un cocon sombre mais protecteur.

L’accent fut mis par la Déesse Maîtresse des Arts Magiques sur les émotions que nous portions chacun en nous, en une invitation à les ressentir et les exprimer pleinement en son honneur. Partir à la recherche de la dernière émotion forte qui nous a habité, retrouver les sensations, et exalter son être à l’unisson de cette émotion particulière, pour expérimenter la plénitude vitale qui vient s’opposer précisément à la neutralité ahessienne… Un exercice pas si simple, et qui révéla aussi des visions différentes de ce domaine des émotions, de leur nature et de leur expression…

Lanternes en l'honneur d'Ahes en procession dans la nuit

Puis au retour, à nouveau la procession des lanternes se fit dans la nuit, avant que chacun retourne en son foyer, certains plus sereins, d’autres profondément bousculés. Une Fête d’Ahes ne laisse quoi qu’il en soit jamais indifférent ! Elle interpelle l’être et peut être au final une source d’enseignement, pour qui sait prendre du recul…